Non, je ne suis pas du capital humain !

Print Friendly, PDF & Email

C’est en toute bienveillance que je me suis encore fait qualifier (traiter ?) de capital humain. Comme cela me met mal à l’aise, je plonge et vous entraîne dans une quête existentielle pour comprendre ce que nous sommes.

Un actif ? Nous disposons tous d’un « capital » de savoirs, de connaissances, d’aptitudes que nous avons accumulé lors de notre parcours et qui nous rend désirables vis-à-vis des employeurs. En première analyse, considérer ce bagage comme un actif est séduisant : pour une fois, le travail humain n’est pas considéré comme un coût (charge) mais comme une source de revenus futurs (définition comptable de l’actif). C’est aussi reconnaître que les actifs les plus critiques pour les entreprises sont désormais immatériels. Ils représentent 80% de la valeur combinée des 500 plus grandes entreprises américaines cotées. Un programme de recherché mené par les Nations Unies nous donne les ordres de grandeur au plan mondial : 18% pour le capital matériel, 28% pour le capital naturel (terrains,…) et surtout 54% pour le capital humain. N’est-il pas étonnant que les entreprises soient encore bien souvent gérées dans l’objectif d’optimiser les actifs matériels alors que ceux-ci ne représentent même plus le cinquième de leur valeur en ignorant l’actif humain, qui en constitue l’essentiel ?

Mais nous reconnaître comme un actif serait accepter l’idée que la valeur de l’homme est déterminée par le marché, qui régule les transactions. Or l’homme n’est pas un patrimoine et n’est pas cessible ; c’est toute la différence avec l’esclave.

Un capital ? La notion de capital humain, théorisée par l’économiste Gary Becker, prix Nobel d’économie en 1992, est fortement imprégnée du paradigme de l’« homo economicus », individu parfaitement informé et rationnel, dirigé exclusivement par la maximisation de son utilité et la satisfaction de ses objectifs égoïstes. Selon cette théorie, chacun optimise sont capital humain, arbitrant par exemple le coût de la formation avec le supplément de revenus futurs qu’elle procure. Comme dans l’Evangile (selon Matthieu), les talents, ainsi que le capital, fructifient. Outre la négation de l’irrationnalité humaine et de sa possible abnégation, cette approche ignore la dimension collective de plus en plus importante (lorsque l’on travaille, on coopère[1]), justifie les discriminations et aboutit à « réifier » (transformer en choses) les personnes.

Une ressource ? Vaut-il mieux pour nous être considérés comme des « ressources », première lettre de l’acronyme RH ? Là encore, l’homme est asservi à une cause matérielle, réduit à l’état de stock exploitable et consommable : il est nié dans sa volonté d’émancipation. L’homme est une personne ; il ne peut donc être une simple ressource. Jean-Marie Peretti, Président de l’Institut international de l’audit social, a raison d’affirmer que les gens ont des ressources mais ne sont pas des ressources.

Je privilégie le terme de “potentiel humain”, qui incorpore les capacités, la réflexion, l’innovation, l’adaptabilité, le progrès.

Un potentiel ! Voilà pourquoi le terme que je privilégie est celui de ‘potentiel humain’. Le potentiel humain va beaucoup plus loin qu’une ressource ou un capital ; il incorpore les capacités, la réflexion, l’innovation, l’adaptabilité, le progrès. En grammaire, le potentiel désigne une forme verbale exprimant une action future, dépendant d’une condition. Cette condition, c’est la motivation : sans la motivation, le « capital humain » reste un actif inerte[2]. La notion de potentiel exprime aussi l’évolution de la formation professionnelle, qui n’est plus seulement un transfert de compétences existantes mais aussi un mode de construction de compétences nouvelles[3].

L’entreprise, et c’est heureux, ne détient pas du capital humain. Elle emploie des personnes qui gouvernent leur potentiel humain. Il faut donc en finir avec le capital humain pour faire s’épanouir l’humain capital.

L’article ci-dessus est la dernière chronique de Martin Richer, parue dans le n° 1436 d’« Entreprise & Carrières » (« l’hebdomadaire des ressources humaines et du management »), daté du 10 au 16 juin 2019.

Pour aller plus loin :

« Sommes-nous tous du capital humain ? »

Lisez cette chronique (Entreprise & Carrières, n° 1436) en format PDF

Explorez les dernières chroniques de Martin Richer dans Entreprise & Carrières

Consultez le site de Entreprise & Carrières

Crédit image : Photo Keystone-France Gamma-Rapho – Getty

[1] Voir : « Travailler ensemble : pour une intelligence de la coopération » 

[2] Voir : « Les organisations du travail participatives : les 5 piliers de la compétitivité » 

[3] Voir : « Emploi et formation à l’heure de la RSE : pour une employabilité socialement responsable » 

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Une réponse

  1. Ouf ! merci encore Monsieur Richer pour vos chroniques. Ces notions vulgarisatrices et à la mode de “capital humain” comme de “capital naturel” , sans contours ni définition, ont donné l’envie à certains lobbyistes d’en faire une comptabilité en “triple capital”. Si l’effet d’annonce fait mouche et a séduit quelques personnalités politiques, il s’avère que les grandes promesses et bonnes intentions masquent en réalité une proposition comptable balbutiante et surtout totalement contre-performante. Le problème général est assurément le manque de réflexion systémique. Votre conviction me confirme dans le choix de lutter contre ces terminologies sclérosantes, alors que le terme de “potentiel” que vous proposez me parait fortement prometteur. Le potentiel humain, mais aussi le potentiel de l’entreprise à contribuer au Commun et le potentiel à respecter ou améliorer l’environnement. Il me semble en effet plus constructif et efficace de penser “capacité”, “contribution” et “énergie” plutôt que …”capital” !
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *