La sécurité routière au travail, levier de performance

Print Friendly, PDF & Email

J’ai participé en tant qu’intervenant au colloque sur la sécurité routière au travail, qui s’est tenu le 17 décembre 2018 à Bercy (ministère de l’Économie et des Finances). Cette journée a été très riche en échanges et en partage de bonnes pratiques. En voici un aperçu.

Quelques chiffres pour situer la problématique

Plus de la moitié des accidents mortels du travail sont des accidents de la route.

Chaque année, 480 personnes périssent au cours d’un trajet pour se rendre au travail ou en mission ou en revenir (chiffre à comparer à un total de 800 accidents mortels au travail).

Dix fois plus en gardent des séquelles très lourdes.

38% des accidents corporels de la route concernent une personne en situation professionnelle (ONISR).

Près de 6 millions de journées de travail sont perdues.

D’après la DGT (Ministère du Travail), le coût économique des accidents de la route est estimé à 50 milliards d’euros pour 2017, soit 2,2% du PIB.

Les politiques QSE, RH et RSE

Selon les entreprises, le risque routier est pris en compte dans la politique globale de prévention, dans la problématique QSE (Qualité, sécurité, environnement), dans les politiques RH (risques humains) ou dans la politique RSE (responsabilité sociétale des entreprises).

Le dialogue social est parfois très utilement mobilisé. Je me souviens d’une étude réalisée par la Direction Générale du Travail (DGT) intitulée « Travailler-mieux » (mai 2010), qui n’a pas été évoquée lors du colloque mais permettait de savoir sur quelles natures de risques travaillait le CHSCT des sites interrogés : le risque routier y tenait une bonne (25 % des CHSCT étaient actifs sur ce domaine), derrière les TMS et la manutention (72 %), les risques psychosociaux (60 %) et les risques liés aux machines (26 %).

Mais il reste beaucoup à faire en utilisant plus systématiquement les méthodologies et les outils de base de la prévention. Interrogé sur le nombre d’employeurs qui mesurent le risque routier dans leur DUER (document unique d’évaluation des risques), le représentant de la DGT indiquait : « à l’occasion d’une campagne de contrôle menée il y a environ huit ans, nous avions constaté que 50% d’entre eux l’avaient fait ». Il reste du chemin…

Dans la même veine, le Directeur délégué au développement de la Chambre de commerce et d’industrie d’Ille-et-Vilaine a relevé que « depuis le 1er janvier 2018, l’obligation de mettre en œuvre un plan de mobilité pèse sur les entreprises de plus de 100 personnes accueillant au moins 100 travailleurs sur un site. Pourtant, seules quelques centaines d’entre elles ont élaboré ce plan à ce jour ».

Irruptions technologiques

Les progrès effectués à grand renfort d’opiniâtreté en matière de sécurité routière au travail sont en partie annulés par les nouveaux comportements à risque qui apparaissent. C’est ainsi que 76% des Français reconnaissent utiliser leur téléphone portable en conduisant durant leurs déplacements professionnels, pour téléphoner ou traiter des SMS ou des messages (baromètre Axa Prévention 2018). Cette proportion est largement supérieure à celle observée pour les déplacements privés, ce qui montre que le conducteur en déplacement professionnel considère son véhicule comme une extension de son bureau. Or une conversation téléphonique multiplie par 3 le risque d’accident. Lire un SMS au volant multiplie ce risque par 23 (ONISR 2017).

La réduction durable du risque routier passe par une mobilisation active du management. Il faut prévoir le risque, et réfléchir aux organisations en conséquence pour faire en sorte que le risque ne se produise pas ou soit atténué. Bien souvent, par exemple, les personnes qui téléphonent au volant se sentent obligées de répondre à un appel entrant émanant d’un collègue ou du manager. C’est pourquoi il faut traiter d’abord les causes des phénomènes, liées à l’organisation de travail et au collectif, pour parvenir à traiter l’individuel.

Martin RICHER, consultant en Responsabilité sociale des entreprises,

Management & RSE

Pour aller plus loin :

Téléchargez les Actes du colloque « La sécurité routière au travail, un levier de performance », 17 décembre 2018, ministère de l’Économie et des Finances

Crédit Image : Photo par Robert Doisneau, 1956

Ce que vous venez de lire vous a plu, interpellé, irrité, inspiré ? N’oubliez pas de vous inscrire (gratuitement) à la newsletter de Management & RSE pour recevoir automatiquement les prochains articles de ce blog dès leur publication. Pour cela, il vous suffit d’indiquer votre adresse E-mail dans le bloc « Abonnez-vous à la newsletter » sur la droite de cet écran et de valider. Vous recevrez un courriel de confirmation. A bientôt !

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *