La prévention des risques professionnels, levier de la RSE

Print Friendly, PDF & Email

Construire une politique de prévention des risques professionnels, c’est suivre un chemin escarpé mais prometteur. Vous trouverez ci-dessous mon interview paru dans le numéro d’avril 2014 de la revue « Prévention BTP », l’une des rares publications françaises (avec celles de l’ANACT et de l’INRS) qui traite de l’enjeu de la prévention en sécurité et santé au travail. Bonne lecture ! 

Pour une entreprise, quelle est la portée du concept de Responsabilité sociale des entreprises (RSE) ?

La responsabilité sociale est l’intégration des impacts sur les parties prenantes dans la stratégie et les politiques de l’entreprise. Les parties prenantes, ce sont les personnes, les groupes humains ou les organisations qui sont touchés par des décisions que prend l’entreprise. C’est le cas des salariés, des clients, des fournisseurs… et également de la biodiversité. Les générations futures sont aussi considérées comme des parties prenantes. L’entreprise n’a pas pour seul objectif de satisfaire ses actionnaires par le biais des dividendes qu’elle leur verse. Elle a une responsabilité plus globale, qui s’exerce vis-à-vis de la société.

Je considère la RSE comme un mode de management plutôt nouveau, qui impose de piloter, de gouverner, de manager autrement, donc d’intégrer des impacts qui n’étaient pas forcément pris en compte auparavant : les problématiques environnementales, de santé au travail, de prévention santé et sécurité, d’accompagnement et d’anticipation du changement, d’employabilité.

Une petite entreprise de BTP peut-elle intégrer cette dimension ?

Absolument. La taille et les métiers importent peu. La RSE peut et doit s’appliquer partout : elle est avant tout une démarche. A l’évidence, l’accident du travail est le premier chantier de la RSE dans les petites entreprises de BTP. Dans une PME, les problèmes sont plus visibles. Mais il y a souvent moins de moyens pour les prendre à bras le corps. Cela repose sur le chef de chantier, convaincu ou non de l’importance de la politique de sécurité, de la politique de santé et éventuellement des impacts environnementaux, mais surtout sur la conviction personnelle du dirigeant.

Quels seraient les enjeux de demain pour cette branche en termes de prévention ?

Il faut s’appuyer sur les points forts du secteur. Il n’y  a pas de taylorisme dans le BTP. L’environnement de travail est changeant. C’est un point fort car la pénibilité et le risque psychosocial sont très fortement liés au manque de marges de manœuvre. Dans le BTP, les personnes constatent tout de suite l’impact de ce qu’elles font. Elles participent à une œuvre collective, valorisée et visible. C’est le secteur où l’on travaille le plus en équipe, mais aussi où la proportion de salariés qui déclarent appartenir à plusieurs équipes différentes est la plus forte[1]. Il y a du lien social, du lien professionnel, des collègues avec qui l’on échange : autant de facteurs extrêmement protecteurs du stress, et qui contribuent beaucoup à la qualité de vie au travail (voir « Qualité de vie au travail : un levier de transformation sociale »).

Quels pourraient être les leviers à utiliser ?

Le principal levier, c’est la prévention. C’est un défi car nous n’avons pas la culture de la prévention. La France ne consacre que 3 % du budget de la santé à la prévention, une proportion très faible comparée à nos voisins européens.

Les entreprises ont-elles à y gagner ?

L’étude de l’OPPBTP sur “La dimension économique de la prévention” est extrêmement intéressante, parce que c’est l’une des rares en France au plan micro-économique à mesurer l’efficacité de la prévention[2]. Pour 100 euros engagés dans des actions de prévention, l’entreprise retire 219 euros de gains. Une étude de l’AISS[3]s‘est intéressée aux investissements de prévention réalisés dans la sécurité et la santé en milieu de travail par 300 entreprises dans 15 pays différents. Leur ratio moyen bénéfice-coût est de 2,2. Autre exemple, au Canada, le Groupe entreprises en santé (ex GP2S), dédié à la prévention en santé au travail, a mesuré l’impact de la prévention : les entreprises ayant mis en œuvre un programme de prévention santé et sécurité ont obtenu une augmentation de leur productivité de 9 %, un absentéisme réduit de 2 % et un retour sur investissement entre 2,75 et 4. Tous ces chiffres convergent vers une réalité : la prévention fait sens sur le plan économique. On peut donc se demander pourquoi les entreprises et l’Etat n’investissent pas plus en prévention.

Avez-vous une explication ?

Ces études doivent absolument être mieux diffusées, notamment auprès des directeurs financiers, qui sont peu familiers des problématiques de santé et de sécurité au travail. On sait démontrer que la prévention au travail “rapporte”, mais il faut du temps pour que les choses se mettent en place. Or, malheureusement, la communauté financière raisonne sur un horizon extrêmement court, ce qui pénalise les actions d’investissement en prévention.

Quels acteurs faut-il mobiliser ou privilégier ?

Il ne faut négliger personne. Tous les acteurs doivent être mobilisés : les dirigeants, les DRH quand il y en a, les partenaires sociaux bien sûr, les CHSCT. Il y a 22 000 CHSCT en France et c’est sans doute l’un des actifs les plus sous-utilisés. Un tiers seulement des élus de CHSCT déclarent que les avis du comité sont suivis (voir : « Les CE et CHSCT : un véritable contre-pouvoir ? »). Les DRH et les dirigeants doivent créer les conditions d’un meilleur fonctionnement des CHSCT.

Propos recueillis par Diane Valranges, « Prévention BTP », No 174, avril 2014

Pour aller plus loin :

Revue « Prévention BTP », No 174, avril 2014 : consultez le sommaire

Accédez au fichier PDF de mon interview

Consulter la seconde et dernière partie de cette interview : « Reconnaître la valeur du travail ».

Consultez la suite de cet article : « Santé et sécurité au travail : 3 bonnes raisons d’investir ».

Pour recevoir automatiquement les prochains articles de ce blog « Management & RSE » dès leur publication, inscrivez-vous à la Newsletter. Pour cela, il vous suffit d’indiquer votre adresse email dans le bloc prévu à cet effet sur la droite de cet écran et de valider. Vous recevrez un courriel de confirmation.

[1] « Troisième enquête européenne sur les entreprises: premiers résultats », Rapport Eurofound, décembre 2013

[2] Cette étude publiée en mars 2013 a porté sur 101 cas d’actions de prévention et abouti à des analyses valorisées de façon comptable et validées par les entreprises rencontrées sur le terrain.

[3] « Rendement de la prévention : calcul du ratio coût-bénéfice de l’investissement dans la prévention et la sécurité en entreprise », AISS (Association internationale de la sécurité sociale), septembre 2011

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *