Discuter du travail pour mieux le transformer

Print Friendly, PDF & Email

Cette année, la traditionnelle Semaine pour la qualité de vie au travail organisée par l’ANACT (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) était placée sous le thème des espaces de discussion au travail. Excellent choix, car la diversité des expérimentations de ce nouvel outil de management du travail appelle une prise de recul.

Le colloque national, qui s’est tenu à Paris le 15 juin 2015, s’est ouvert avec la présentation des résultats de l’enquête d’Harris Interactive intitulée « Les espaces de discussion au travail. Parler de son travail : comment ? Avec qui ? Pour quelles finalités »[1]. Cette enquête apporte des enseignements utiles pour les entreprises qui conduisent des projets d’expression directe ou de mise en place d’espaces de discussion. Je les résume dans cet article, qui renvoie également à ma liste des 7 bonnes pratiques pour réussir ces projets.

 

Inciter à l’action…

La mise en place d’espaces de discussion est plébiscitée à un niveau très élevé : elle est perçue comme une bonne chose par 94% des salariés, et plus encore dans les plus grandes entreprises ! Malgré cet atout, l’existence de ces espaces est encore confidentielle : seuls 23% des salariés déclarent en bénéficier aujourd’hui, dont 15% qui y ont effectivement participé. Parmi ceux qui y ont participé, 81% les ont jugés utiles. Les chiffres de l’enquête confirment donc le caractère encore émergent de la démarche, qui contraste avec son appréciation très positive perçue par les salariés, en termes de cohésion, de santé au travail, de prévention des risques psychosociaux, de qualité des relations professionnelles, de responsabilité sociale.

 

Centrer le périmètre de l’expression sur le travail

« Les salariés souffrent moins des exigences du travail que de ne pouvoir en parler, » a déclaré le sociologue Pascal Ughetto, lors de son allocution. De fait, l’enquête montre que les trois sujets dont les salariés souhaitent le plus fortement parler sont les difficultés rencontrées dans le travail (aspect cité comme prioritaire par 47% d’entre eux), l’ambiance et les relations de travail (46%) et enfin la charge de travail (44%). A l’inverse les thématiques touchant à l’organisation de l’entreprise, son organigramme ne sont cités que par 10% des salariés. Le sujet est donc bien le travail et ses conditions de réalisation.

Les salariés désirent conduire cette expression sur le travail dans un environnement préservé du lien hiérarchique. Ils souhaitent à 62% que les échanges soient animés par une personne neutre, extérieure à l’entreprise, et à 61% que les représentants du personnel soient présents. Je considère pour ma part, que le cadre de déroulement de cette expression des salariés doit être soigneusement défini, co-construit avec leurs représentants et communiqué en toute transparence.

 

Penser aux débouchés concrets sans pour autant imposer l’utilitarisme

Il ne faut pas se limiter aux aspects utilitaires dans les bénéfices attendus des espaces de discussion. Les trois avantages spontanément cités par les salariés sont d’abord la liberté d’expression (33%), ensuite la cohésion des équipes (20%) et enfin l’amélioration des conditions de travail (17%). On constate ainsi la superposition de besoins d’exister par soi-même, en relation avec les autres et d’avoir prise sur le réel. Les salariés signalent également la résolution de problèmes au bénéfice de l’entreprise (16%) et les gains de productivité associés (8%). Ces attentes expriment le caractère inclusif des parties prenantes de la démarche : tout le monde peut y gagner, l’individu, le collectif, l’entreprise.

 

L’opportunité pour la DRH de combler son déficit en termes de dialogue professionnel

Dans bon nombre d’entreprises, je constate que la direction des ressources humaines et ses collaborateurs se sont laissés absorber par le formalisme du dialogue social et des process de GRH. De ce fait, ils ont perdu ce qui fait leur force au sein de l’entreprise : la compréhension fine du travail, de ses difficultés et de ses accomplissements, de la façon dont les salariés se l’approprient. La mise en place des espaces de discussion, dont la DRH est l’architecte, est l’opportunité de revenir dans le jeu.

L’enquête donne un aperçu de la distance entre la DRH et le dialogue sur le travail. Les salariés estiment qu’il est très facile, dans leur entreprise, de parler de leur travail avec les collègues de leur service ou de leur équipe (à 48%) ou d’autres services (à 31%) et même avec leur supérieur hiérarchique (à 32%). En revanche, ils ne trouvent pas la même facilité avec les « interlocuteurs institutionnels » comme les représentants du personnel (27%) et encore moins les RH (13% seulement !). Parmi les 12 sujets de discussion proposés, ceux qui sont abordés le plus facilement sont ceux qui concernent les préoccupations quotidiennes : l’ambiance de travail en tête, suivie par l’environnement de travail (moyens alloués, etc.) et les difficultés rencontrées. A l’inverse, les sujets les plus difficilement abordés sont ceux liés à la stratégie, aux réorganisations et pour le plus difficile… la politique RH de l’entreprise !

 

Refonder le rapport au management

Bonne nouvelle issue de l’enquête : les salariés n’ont pas pour tentation d’utiliser les espaces de discussion pour mettre leur manager en ‘porte-à-faux’. Au contraire, ils jugent leur supérieur hiérarchique direct comme étant l’interlocuteur le plus important dans cette démarche (69%), devant les collègues proches (64%) puis, ensuite, la direction de l’entreprise (32%). L’enquête dévoile l’étendue de la désertion du travail dans la relation managériale. Alors que 64% des salariés disent avoir suffisamment l’occasion de parler de leur travail de manière informelle avec leurs collègues, ils ne sont que 44% lorsqu’il s’agit de leur manager.

A une très forte majorité (93%), les salariés attendent avant tout de ces espaces qu’ils débouchent sur des actions concrètes, des décisions pour améliorer les conditions de travail. Le rôle du management est donc déterminant pour opérationnaliser les débouchés de cette démarche, qui se révèlerait extrêmement frustrante en leur absence. Pour 83% des salariés, la mise en place de ces espaces permet aux managers de mieux anticiper, connaître et résoudre les problèmes. Pour 81% d’entre eux, elle contribue à l’amélioration des relations entre salariés et managers de proximité.

Les espaces de discussion constituent un outil de RSE car ils permettent de travailler en profondeur sur la qualité de la relation avec les parties prenantes. Or, dans bon nombre d’entreprises, année après année, insidieusement, un fossé s’est créé jusqu’à former ce qu’Altedia a qualifié de « crise de confiance dans la relation employeurs – salariés », mise en évidence par son enquête publiée en novembre 2009 : seuls 39% des salariés pensent que dans leur entreprise (ou leur administration), les intérêts des dirigeants et des salariés vont dans le même sens. Cette crise de confiance n’est pas seulement le résultat des contraintes de la mondialisation ou des excès du capitalisme moderne : cette affirmation est exprimée par une proportion de salariés encore plus faible dans le secteur public (30%) que dans le privé (41%). Combler ce fossé passe par l’expression sur le travail, sur ses contraintes, ses difficultés, la fierté qu’il procure, la maîtrise du geste ou de l’attitude professionnelle,…

A l’heure où bon nombre d’entreprises cherchent les moyens concrets de recréer la confiance et de réinstaller des relations professionnelles riches et utiles, les espaces de discussion sur le travail apportent une réponse pertinente. Ils permettent aussi d’aborder de front les problématiques multiples du travail et ainsi, de souder les équipes et de préparer les organisations au changement.

 

Si vous souhaitez aller plus loin dans la construction d’espaces de discussion au travail, je vous propose la liste des 7 bonnes pratiques que j’ai construite au fil de mes expériences : L’expression des salariés au travail : 7 bonnes pratiques pour réussir.

 

Martin RICHER, consultant en Responsabilité sociale des entreprises,

Management & RSE

 

Image : Réunion d’artistes dans l’atelier d’Isabey par Louis Léopold BOILLY (Musée du Louvre)

Pour recevoir automatiquement les prochains articles de ce blog « Management & RSE » dès leur publication, inscrivez-vous à la Newsletter. Pour cela, il vous suffit d’indiquer votre adresse email dans le bloc prévu à cet effet sur la droite de cet écran et de valider. Vous recevrez un courriel de confirmation.

[1] Enquête réalisée en ligne par Harris Interactive, du 23 mars au 1er avril 2015 auprès d’un échantillon de 1 000 salariés actifs en France, âgés de 18 ans et plus

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Une réponse

  1. j’apprécie beaucoup vos analyses et le partage d’expérience que vous nous offrez !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *